Les cercosporioses du bananier

8
Stade avancé de cercosporiose sur cette feuille de bananie
La cercosporiose noire ou maladie des raies noires du bananier est provoquée par le  champignon Mycosphaerella fijiensis. La cercosporiose jaune ou maladie de Sigatoka est provoquée par le champignon Mycosphaerella musicola. Les bananiers cultivés pour la banane dessert (bacove) sont sensibles aux deux maladies. Les bananiers plantains sont sensibles à la cercosporiose noire mais ils sont largement tolérants à la cercosporiose jaune. En climat tropical la cercosporiose noire prend généralement le dessus sur la cercosporiose jaune.

Symptômes :

Les symptômes de la cercosporiose noire et jaune sont très semblables et difficilement  différenciables sur le terrain. Nous donnerons ici une description sommaire des symptômes communs à ces deux cercosporioses. De petites taches en forme de tiret  apparaissent sur les feuilles. Les lésions en s’élargissant se nécrosent et s’entourent d’un halo noir lui-même entouré d’un halo jaune. La zone centrale de la lésion se dessèche et tourne généralement au gris sur la face supérieure de la feuille pour la cercosporiose jaune ; et sur les deux faces pour la cercosporiose noire.

Cycle de la maladie :

La première source de contamination d’un bananier sain provient d’un autre bananier atteint par la maladie. Les spores de Mycosphaerella sp. permettent par l’intermédiaire du vent et de la pluie la dissémination de la maladie à courte distance – d’un plant à l’autre – et à longue distance – d’une parcelle à l’autre. Pour germer à la surface foliaire, les conidies et ascospores ont besoin d’eau. Le champignon se développe ensuite à l’intérieur et à la surface des feuilles provoquant des nécroses. L’optimum de température pour le développement de Mycosphaerella fijiensis est de 27 °C.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Conséquence des cercosporioses sur la production de bananes :

Au niveau mondial, la cercosporiose jaune n’est pas considérée comme une maladie de forte importance économique pour les bananiers contrairement à la cercosporiose noire qui a un impact élevé sur les rendements. Les pertes liées à la cercosporiose noire – espèce
la plus virulente – peuvent représenter jusqu’à 50 % de la récolte. Le champignon ne tue pas immédiatement le plant mais les symptômes deviennent de plus en plus importants avec le vieillissement des bananiers. La diminution de la photosynthèse associée aux nécroses entraîne des pertes de rendement et diminue la qualité des fruits qui mûrissent précocement.

Méthodes de lutte :

  • Comme le  développement de cette maladie est favorisé par les hygrométries élevées, on veillera à implanter la bananeraie sur un terrain bien drainé avec une densité de plantation optimale (entre 1650 et 1850 pieds /ha sont conseillés aux Antilles).
  • D’autre part, la fertilisation devra être raisonnée à l’échelle de la parcelle pour avoir des bananiers en bonne santé et plus résistants à la maladie. Une bonne fertilisation permet notamment une émission de nouvelles feuilles plus rapide que la progression de la maladie.
  • L’effeuillage sanitaire et la destruction des feuilles atteintes permettent de réduire l’inoculum de la maladie. Au-delà de 20 % de la surface foliaire nécrosée, la feuille entière pourra être supprimée. Un rythme d’effeuillage d’une fois par semaine est généralement préconisé pour permettre de limiter la propagation du champignon. Si les feuilles infestées ne peuvent être enlevées de la plantation, elles pourront être disposées au sol les unes sur les autres afin de limiter la dispersion des ascospores. Si un régime est en formation, l’effeuillage doit être limité et au moins 6 feuilles seront conservées sur le bananier.
  • Les parcelles mises en jachère seront rapidement débarrassées de tous résidus pour ne pas créer de foyer d’infestation de la maladie.

Liens utiles pour aller plus loin (bibliographie)

NOTE TECHNIQUE CERCOSPORIOSE : Assainissement mécanique (IT2, CIRAD)

Les cercosporioses des bananiers (Mycosphaerella spp) : vers une lutte intégrée (endure, CIRAD)

Publicités