Mouches mineuses

Ces mouches mineuses appartiennent à la famille des Agromyzidae. En Guyane, trois espèces de Liriomyza sont référencées :

  • Liriomyza trifolii, communément appelée mouche mineuse californienne
  • Liriomyza huidobrensis ou mouche mineuse sud-américaine
  • Liriomyza sativae, la mineuse maraichère

Elles sont polyphages et peuvent se rencontrer sur d’autres cultures maraîchères. En Guyane, les mouches mineuses causent rarement de graves dégâts sur les plantes de la famille des cucurbitacées.

Description de l’insecte adulte :

Les mouches mineuses sont de très petits diptères dont la taille ne dépasse pas 2 mm de long. La tête est jaune avec des yeux rouges, les ailes sont transparentes.  Le thorax et l’abdomen sont jaunes et noir.

Liriomyza sp. adulte. Taille = 2 mm

Biologie :

  • Les œufs sont pondus à la surface des feuilles et les larves éclosent 2 à 5 jours après.
Larve de Liriomyza extraite de sa mine. La taille est à ce stade d’environ 1 mm de long.
  • Le dernier stade larvaire se laisse tomber au sol pour effectuer sa pupaison
Différents stades pupaux de Liriomyza. (Source : Merle Shepard, Gerald R.Carner, and P.A.C Ooi, Bugwood.org)
  • Les adultes émergent au bout 7 à 14 jours et peuvent vivre jusqu’à 30 jours.
  • L’accouplement des mouches commence 24 h après l’émergence des adultes.
Mouche mineuse adulte
  • Une femelle peut pondre plusieurs centaines d’œufs qui seront insérés dans les piqûres d’oviposition

Dégâts causés par les mineuses sur cucurbitacées :

Les feuilles les plus affectées peuvent flétrir ce qui entraîne une diminution photosynthétique et une baisse de rendement. Sur la culture de concombre en région tropicale, les feuilles fortement attaquées ne protègent plus les fruits du soleil : ces derniers peuvent alors présenter des brûlures solaires.

Méthodes de lutte :

  • Les méthodes de lutte chimique ne sont pas toujours efficaces et elles doivent de préférence être combinées avec des méthodes culturales, physiques et biologiques. L’utilisation répétée des insecticides peut entraîner des phénomènes de résistance chez les mouches mineuses rendant à court-terme les matières actives inefficaces.
  • Ces ennemis naturels sont le plus souvent des hyménoptères parasitoïdes. En Guyane, Jean Etienne (INRA) note en 1999 que L. trifolii, à Cacao, est naturellement parasité par Phaedrotoma sp., (Braconidae) et Chrysocharis caribea (Eulophidae).
  • Les insecticides à large spectre impactent également les ennemis naturels (auxiliaires) des mouches mineuses et diminuent ou éliminent leur contrôle naturel.
  • L’utilisation de Steinernema carpocapsae (nématode entomopathogène) permet de tuer les larves de mouches mineuses. Toutefois, ce produit de biocontrôle peut avoir un effet toxique sur les larves de coccinelles (auxiliaires importants dans la lutte contre les pucerons qui sont des vecteurs de virus sur cucurbitacées).
  • Les méthodes culturales consistent à enlever et détruire les résidus de culture. De plus, la collecte et la destruction des feuilles fortement minées peuvent aider à contrôler le ravageur.
  • Comme pour les chrysomèles, l’utilisation de filets anti-insectes peut protéger la culture. La disposition de panneaux englués jaunes, de préférence sous serre et abris permet de capturer les adultes. Les panneaux doivent être disposés de préférence au-dessus de la culture pour augmenter la probabilité de capture.

Liens utiles pour aller plus loin (bibliographie)

Mouches mineuses (Ephytia, INRA)

American serpentine leafminer, scientific name: Liriomyza trifolii (University of Florida, Featured creatures)

Liriomyza trifolii (American serpentine leafminer), (CABI)

Publicités